Préparation Kéfir de base

 

La préparation de la recette de base du Kéfir en F1

La recette de base de la première fermentation permet d’avoir un kéfir pétillant même en F2 nature, mais surtout minimise la quantité de sucre et d’alcool dans la boisson. Il est préférable de passer par la phase de « démarrage des grains » si ceux-ci sont restés inactifs. https://kefirkombuchajun.com/kefir-de-fruits/demarrage-grains-de-kefir-de-fruit/

Matériel : Inox sans problème
– Bocal 1L en verre fermeture mécanique style « Le Parfait »
– Cuillère plastique, c à soupe pour mesurer la quantité de grains et sucre
– Une passoire & un entonnoir

Préparation :
1 Dans un bocal style « Le Parfait » de 1 l, il y faudra mettre tous les ingrédients et remplir d’eau le bocal juste en dessous de la bague du bocal.

Sucre :  1 c à s de sucre blond bio ou blanc (20 g), on peut diluer le sucre dans l’eau ; attention à l’utilisation du sucre complet.

L’eau  :1 L d’eau du robinet décantée (de préférence un peu calcaire), minérale, ou microfiltrée… selon les moyens de chaque foyer.

Grains :1 c à soupe de grains (20 g) de kéfir, ne jamais rincer les grains

Figue lerida
Figue Lerida

Fruits sec bio ou non traité :  1 figue sèche bio, ou un abricot bio, ou 20 g de grains de raisin, une datte.
 Rincé de préférence les fruits pour éviter toutes contaminations.

 

Citron  :1 rondelle de citron  avec ou sans la peau suivant vos goûts. Si le fruit n’est pas bio ou traité enlevez de préférence la peau.

Suivant l’épaisseur, elle donnera plus de gout, mais attention la boisson sera plus dure avec un petit ratio comme  F1 de 24heures. 

Un jus de citron peut aussi le faire, mais rien de mieux que la tranche de citron le frais !

2 Fermer le bocal une fois tous les ingrédients à l’intérieur et laisser le tout à température ambiante pendant 24 heures, en lui évitant l’exposition au soleil, à l’excès de chaleur ou dans un placard s’il fait froid à l’abri des courant d’air.

 

-Filtrez le bocal après les premiers 24 heures, à l’aide d’une passoire disposé sur bouteille. Une fois terminé, la bouteille sera fermée hermétiquement pour préserver la boisson de l’oxydation et conservé au frais une bonne semaine. Entreposée à température ambiante, c’est pour la carbonatation de la F2, pour obtenir l’effervescence. Voir article carbonatation https://kefirkombuchajun.com/conseils-generaux/f2-ou-carbonatation/

-Récupérer les grains pour la prochaine tournée et ainsi de suite.

-Les grains en surplus seront mis dans de l’eau sucrée en bocal au réfrigérateur, mais ne les laissez pas trop longtemps voir l’article https://kefirkombuchajun.com/kefirs-repos-conservation-demarrage/kefir-repos-des-grains/

-Jeter citron et figue au compost, ou ils peuvent rentrer dans les recettes de confiture, gâteaux… Ou mangez-les nature, car ils seraient des prébiotiques.

Le ratio sucre/grains

Suivant la durée de la F1, on doit toujours augmenter la quantité de sucre égale à celle des grains, sinon les grains seront en sous nutrition. En cas de chaleur en mettre un peu plus ou parfois écourter le temps de la F1

Pour une F1 de 24 heures = 20 g de sucre/20 g de grains en été 25 à 30 de chaque

Pour 48 H = 40/40 en été 50/50

Pour 72 H = 60 à 70 de chaque

Pour les F1 de 72 heures, il faut tourner avec 2 lots de grains parce que ça les épuise à la longue.

Il arrive à un moment ou le sucre n’est plus du tout transformé par les microorganismes même si on augmente davantage les ratios. Alors n’allez pas au-delà ça ne sert à rien puisqu’il ne faut pas fermenter plus de 3 jours et l’abus du sucre est mauvais pour la santé…

Ce que l’on peut voir durant la F1

Durant la fermentation que peut-on voir de surprenant ?

Sur la photo mise en avant, le bocal de gauche début la fermentation, et sur celui de droite… Elle se termine. Durant les premiers 24 heures, il se passera plein de chose de visible l’œil nue.

Un brouillard s’élève… 

Après quelques heures de fermentation, il y aura comme un brouillard tannique dans le fond du bocal, provenant de la figue et du sucre de canne.

Une partie des grains, la figue et la rondelle de citron se mettront à léviter pratiquement surplace dans un premier temps, avant de remonter tout doucement vers la surface portée par le CO2…

 

Les bulles de CO2 sont emprisonnées dans les grains qui les font léviter.
Les bulles de CO2 sont emprisonnées dans les grains qui les font léviter.

 

Les grains se mettront à remonter et à redescendre s’en cessent, c’est ce qu’on appelle la « Danse des grains », les chats adorent voir ça, c’est attractif… surtout lorsque qu’il y a des grains de raisin à la place de la figue qui font le yo-yo !!!

Une quantité phénoménale de bulle remonteront en surface, le bocal peut se mettre à siffler doucement comme s’il y avait une fuite de gaz…

Ce brassage aura pour effet de diluer le nuage tannique à l’eau.  La boisson se troublera aussi par la décomposition des fruits et la production de la lie et de micro-grains.

Les bulles brillantes sont signes du fermentation saine
Les bulles brillantes sont signes de la fermentation saine.

Plus tard ou à l’ouverture du bocal lors que la filtration, vous aurez l’impression que ça bouillonne : des centaines de bulles fines et grosses éclateront en surface et il peut en sortir de la figue et de la tranche.

On peut embouteiller à plus ou moins 24 heures ou attendre plus longtemps aussi que ça pétille moins, mais il y aura moins de sucre résiduel qui aura une incidence sur la F2, qui sera moins effervescente. S’il n’y a plus de sucre résiduel a boisson sera plate sans gaz. Pour rectifier le manque de sucre ajouter dans votre bouteille quelques grammes de sucre.

Attention une fermentation trop longue avec manque de sucre donnera une boisson acide et des grains en souffrance, car en sous nutrition. Ils finiront par perdre de la masse tout doucement à chaque car la fermentation trop prolongée et ils dépériront.

Lors de la filtration :

-la boisson devrait être trouble de haut en bas,

-les grains se seront multipliés d’un minimum d’1/3, pas de soucis si ce sont vous trois premières fermentations, mais si ça ne se multiplie pas, laisser moi un message en commentaire.

-Les grains peuvent se colorer (sans incidence).

-Les fruits secs bien gonflés auront perdu totalement ou une bonne partie de leur sucre, ils seront acides et insipides.

Kéfir d’eau ou tibico et son histoire

En dehors des études scientifiques du 19ᵉ siècle…

L’histoire du kéfir d’eau en France dès 1899  avec « La boisson du soldat »

Il y est décrit une utilisation des grains de kéfir de lait utilisés avec de l’eau sucrée par un malade du Dr de Chateaubourg (qui ne parvenait pas à boire son kéfir de lait et mis ses grains dans l’eau). Ceci fut à l’origine de l’utilisation de kéfir (sans lait) avec sucre ou cassonade, dans la 7ᵉ compagnie du 126e régiment d’infanterie de Toulouse. Depuis deux ans, la 7 compagnie en a consommé. Ils en consommaient jusqu’à cent litres par jour… Car le kéfir est une boisson hygiénique, acidulée, gazeuse, rafraichissante(et plus économique à préparer avec de l’eau sucrée qu’avec du lait) aux grands bénéfices pour les utilisateurs. (Article complet Le Petit Parisien, lien si dessous du site Gallica) https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k518789s/f2.image.r=LA%20BOISSON%20DU%20SOLDAT   

Le Tibico ou le kéfir d´eau en Amérique latine 
(Didier Defever – mai 2012)  Merci à Michèle Honthaas pour son PDF https://www.facebook.com/groups/kefirkombuchapartageons/permalink/2555277894601464

Il s´agit d´un kéfir ramené du Tibet par la missionnaire Madre Teresa de Calcutta pour les communautés pauvres du Mexique vivant dans des contrées éloignées et n’ayant donc pas facilement accès aux recours médicaux.  La recette, c’est transmise par la suite dans toute l’Amérique Latine via les églises catholiques notamment.
Au Brésil, on l’appelle aussi le champignon chinois (cogumelo chinês) ou champignon du soleil(cogumelo do sol), traduit directement de l’espagnol (hongo chino, hongo del Sol).

La recette : (traduction du texte original)
Cette recette est à consommer tous les matins, à jeun, une 1/2 h avant le petit déjeuner. Il faut veiller à la quantité de grains en séparant les excédents dus à leur croissance.
– 150 ml d’eau minérale
– 1 c à s. de sucre roux ou brun (ou du sucre non raffiné)
– 1 c à s.de grains de kéfir (c en bois)
-Mélanger le tout avec une cuillère en bois.
-Couvrir le récipient avec un tissu fin maintenu par un élastique.
-À consommer 24 h plus tard. (NB : à faire donc le matin)
-Après consommation, rincer les grains pour la session suivante.

Ces conseils étaient transmis de bouche à oreille lors de la réception des grains et de la recette.
– Cette boisson est à consommer tous les matins, à jeun, une 1/2 h avant le petit déjeuner.
– Il faut veiller à la quantité de grains en séparant les excédents dus à leur croissance.
La cure conseillée par Madre Teresa de Calcutta est une fenêtre thérapeutique consiste à consommer le
Tibico quotidiennement pendant 3 semaines et à faire une pause durant une semaine pour reprendre ensuite (et ainsi de suite).
Lors de la semaine de repos, les grains sont également mis en repos dans uniquement de l’eau et maintenus au frais. (Idem pour la conservation des excédents de grains issus de leur croissance).

Il y a quelques années, « nous les modérateurs du groupe Kéfir, kombucha et jun partageons tous ensemble, avons modifié à la recette originale:

-parce que trop sucrée, nous préconisons de ne mettre qu’une cuillère à café de sucre. 

-les grains ont besoins d’eau sucrée durant leur période au réfrigérateur, l’eau seulement les affaiblit trop vite.

Par ailleurs, nous déconseillons le rinçage des grains qui n’a pas lieu d’être avec les sucres que nous utilisons(blond de canne) majoritairement sur le groupe. Le commentaire ci-dessous émane de Didier Defever » :
➢ « Le rinçage n’est pas nécessaire et est même préjudiciable, car il élimine une bonne partie des levures qui vivent en périphérie des grains. Mais, il est probable et même logique que Madre Teresa de Calcutta le conseillait vu que ces communautés éloignées utilisent du sucre brut et parfois même
issu de leur propre production de canne à sucre, et que leur sucre contient donc des matières organiques qui s’y accumuleraient, s´il n’y avait pas de rinçage ».

Mais à trop vouloir les utiliser de cette manière le génome s’affaiblit.

L’effet antalgique de certains kéfirs grâce à leurs vertus probiotiques ( comme celui que l’on partage du nom de Héna depuis 2015-2016), se dissipe  peu à peu si l’on cherche uniquement à les entretenir ou à faire du kéfir d’eau. Nous n’avons eu peu de choix durant la crise sanitaire de 2020, par le manque de fruits sec tel que figues, abricots etc, les grains avaient perdu de leur punch et pour certains d’entre nous de la communauté kéfir de leur bienfait. 

L’utilisation de sucre complet et roux sont déconseillé avec les grains Héna, en quantité trop importante les grains se divisent à devenir minuscules

 

 

 

 

Démarrage des grains de Kfruit (protocole)

Avant d’obtenir des grains de kéfir, posez les bonnes questions au propriétaire…

En fermentation, il faut demander :

-Si ceux sont des grains bien actifs, si ça pétille en ouvrant le bocal ?

-Ont-ils un effet antalgique (si vous cherchez du Héna) ? C’est bon point s’ils le sont encore.

-Les fermentations sont faites bocal ouvert protégé par un tissu (en aérobie) ou fermé hermétiquement(anaérobie) ? Le bocal fermé, c’est mieux ! Il empêche la modification de la culture par la dominance de bactéries acétiques et ça évite d’avoir une boisson avec un goût forte ou aigrelet et l’apparition de mère de vinaigre.

-Combien de fermentations par semaines, combien de temps dure les F1, est-ce qu’ils les utilisent en kéfir d’eau ou en kéfir de fruit ?

-Quelle est sa recette en F1 ? S’il utilise telle ou telle eau (en bouteille de telle marque ou eau robinet décanté, micro filtrée, osmosée, adoucie), s’il ajoute du calcaire.

Question sur les grains que vous recherchez…

-Alors demandé lui, s’il a recouru à la déshydratation ou la congélation sur l’origine de la souche partagée ou sur le lot qu’il donne. Si ce n’est pas le cas, c’est un bon point.

-Si les grains proviennent de la ou des dernières fermentations, c’est très bien. Plus la dernière fermentation est récente et le don rapide de quelques heures, mieux les grains seront en formes et vous n’aurez pas besoin de faire le protocole démarrage surtout si vous utilisez le même sucre et la même eau que leur ancien propriétaire. Mais s’ils proviennent d’un bocal qui a passé plus de 3 semaines au réfrigérateur, ça craint pour les microorganismes probiotiques et n’en prenez pas.  Parce qu’il faudrait que l’eau sucrée soit changée chaque semaine environ. Sans sucre la vie bactérienne de ce kéfir est inintéressant pour le microbiote intestinal.

-Est-ce les grains ont déjà été contaminé ? Que ce soit par des levures sauvages ou moisissures, des petits malins se font la joie de partager ce qui leur semble toujours bon et au contraire ça ne l’est pas. En cas de réponse positif même si on vous dit qu’il n’y a aucun pas de problème que ça fermente continuellement aussi bien, il faudra décliner la transaction. Parce que rien que la présence de levure sauvage, inhibe la faculté de celle(s) présente(s)dans vos grains à interagir avec les bactéries lactiques, ça veut que le kéfir sera dans l’incapacité de restituer pleinement tous ses bénéfices puisque la symbiose en sera altérée parmi les levures et les bactéries du kéfir.

Lorsque vous recevez les grains…

Sentez les grains, une odeur vinaigrée indique un manque de sucre et donc on peut soupçonner un déséquilibre bactérien. Alors rincez-les avec un peu d’eau exceptionnellement, l’eau ne doit ne doit pas être supérieur 37,5 °c.

Le rinçage des grains est fortement déconseillé entre chaque fermentation.

Le stress des grains durant le transport

Un transport trop long avec le manque de nourriture, la température inadéquate influera toujours sur la prise de la fermentation en F1.

De ce fait si vous prenez les grains avec vous pour un don en mains propre, vous pouvez les transporter à peine égouttés dans un sachet zip doublé en cas de fuite.

Pour un voyage de 2 jours en plein été dans une voiture, ils seront conditionnés dans de l’eau sucrée dans une glacière.

Entre autre les stocker au réfrigérateur à basse température, ça les tue à petit feu.  Et à la reprise à température ambiante trop violente qui crée un gros stress.

Les grains conditionnés en mode kéfir d’eau au réfrigérateur vont beaucoup moins travailler. Ne travaillerons en symbiose que les microorganismes qui sont adaptées aux basses températures, plus cette période est longue plus les autres MO(microorganisme) qui fermentent à des températures tempérées vont s’appauvrir. Bien souvent, c’est irréversible, ils peuvent ne plus se reproduire, perdre de leurs effets ou bien mourir.

Lors d’une reprise trop rapide en F1 à température ambiante, les microorganismes appauvrit seront confrontés à des conditions d’adaptation inadéquate à cause de leur sous nombre qui provoquera un déséquilibre symbiotique. Il y a un risque d’obtenir un kéfir gluant, ou contaminé par des levures ou de moisissures.

À ce moment, il faut jeter la culture, et il faudra procéder par le « protocole de démarrage » s’il vous restait encore des grains de votre don.

Le stress alimentaire, c’est une chose à laquelle on ne pense jamais

Lorsque l’on envoie une fermentation avec les fruits, on part sur une fermentation optimale qui fait fonctionner des chaines de micro organisme plus importante alors si on lance une fermentation sans que les grains aient été nourris pendant plusieurs jours à température ambiante avec la même eau et le même sucre ceux-ci peuvent se déliter et cesser de ce multiplié.

Protocole de Démarrage 

Ce protocole est fait pour raviver ces microorganismes appauvris, mais aussi pour éviter le stress alimentaire, mieux vaut prévenir que guérir parce que l’on ignore s’ils ont été bien soignés au réfrigérateur avant de nous parvenir plusieurs jours après l’envoi.

Il se fera avec un peu d’eau sucrée sur 24-48 heures, opération renouvelable 2-3 fois au besoin pour que les grains s’adaptent peu à peu à leur nouveau milieu eau et sucre. Il est mieux d’attendre la lévitation des grains dans le bocal avant de lancer une fermentation directement d’un litre avec les fruits.

Recette

-Dans un bocal hermétique avec 15 cl d’eau environ.

-Ajoutez 1 c à café de sucre de canne (le sucre peut être dissout)

-Mettez 1 c à soupe de grains frais (20 gr)

-Fermez le bocal en laissant reposé 24 à 48 heures à température ambiante.

Vous pouvez goûter avec une cuillère si le gout a changé, si après 24 heures l’eau est encore sucré, vous laisser 24 heures de plus soit 48 heures.

Si les grains commencent à léviter, c’est très bon signe ! Sinon répétez l’opération encore 2 fois. S’il ne se passe absolument rien, jetez vos grains.

Si c’est un succès, lancez-vous pour la F1 d’un litre !

 

Voir articles à venir « Préparation kéfir en F1  &  Le kéfir… La théorie »

 

Kéfir lyophilisé

La poudre de kéfir

La poudre de kéfir comme on devrait le croire provient de cultures de laboratoire qui sont lyophilisées. Le goût se rapproche du vrai kéfir (fait avec des grains). Idéal pour celui qui veut goûter la boisson en fabriquant un pseudo kéfir avant de se procurer des grains.

Composition de ces poudres :

Le nombre de MO (microorganisme) qui rentre dans la composition de ces poudres sont assez limitées comparé au vrai kéfir maison. Le mélange de ces cultures sont différentes d’une marque à une autre, celles-ci ne seront pas citées.

Ex Klait 1 :     Lactococcus lactis sp lactis, Lactococcus lactis sp lactis biovar diacetylactis, Lactococcus lactis sp cremoris, Leuconostoc mesenteroides sp cremoris, Lactobacillus kefyr, Candida kefyr, Saccharomyces unisporus

Ex Klait 2 :     Lactococcus lactis, Leuconostoc mesenteroides, Lactobacillus acidophilus, Streptococcus thermophilus, Bifidobacterium, Kluyveromyces marxianus.

Ex Kfruit 1 :   Saccharomyces cerevisiae, lactococcus lactis, leuconostoc mesenteroïdes, lactobacillus paracasei

Ex Kfruit 2 :  Lactococcus lactis ssp. cremoris, Lactococcus lactis ssp. lactis, Lactococcus lactis ssp. lactis biovar diacetylactis, S. thermophilus, Lactobacillus kéfir, Lactobacillus parakefir, Saccharomyces cerevisiae, Kluyveromyces lactis

Ces poudres du commerce ne donneront jamais de grains de kéfir de lait ou de kéfir de fruit. Elles auront peu d’effets à court therme sur le microbiote intestinal. Chacune d’entre elles n’ont pas le même effet ciblé.

Comment fonctionne la poudre ?

À la première utilisation, il faut utiliser la poudre et ensemencez le médium (la nourriture du ferment en suivant la notice d’utilisation. Cette première fermentation est un super concentré qui fonctionnera à la manière d’un levain.

Technique de repiquage :

Puis pour toutes les autres utilisations, il faudra faire un repiquage de ce levain et le mettre dans le prochain le médium.

Elle consiste à utiliser une certaine quantité de boisson(starter) 10 cl pour la remettre dans son médium à raison de 1/10. Ex : 10 cl de boisson kéfir de lait sera ajouté à 1 litre de lait.

La boisson obtenue par repiquage n’aura tout le potentiel de ces MO, plus les fermentations s’enchaineront et moins il y aura de MO de microorganismes dans la boisson, c’est normal si le goût de la boisson n’y est plus également.

La technique du repiquage fonctionnerait environ une quinzaine de fois.

Les boissons kéfirs de lait ou de fruit de la grande distribution sont très souvent élaborées à partir de ce type ferments sélectionné pour un meilleur contrôle de leur production, parce que la boisson kéfir est vivante et instable une fois embouteiller.

Repos des grains

 

Le repos des grains de kéfir de Lait et de fruit(d’eau)Le repos des grains est une façon d’éviter l’usure par fermentation trop longue, mais aussi de la chaleur.

Le repos des grains dans leur médium au réfrigérateur est souvent utilisé à court terme de quelques heures à 3 jours environs. Ça les aide à reprendre du poil de la bête. À température ambiante, ça sera éventuellement dans de petite quantité de substrat respectif, mais il faudra être vigilant au déséquilibre bactérien et voir changer le médium chaque jour.

 Les grains de kéfir de lait choux fermentent très rapidement et peuvent ne pas supporter la chaleur ou de longue fermentation. Ils vont certes carburer, mais vont dépérir à la longue. Dans ce cas, il faudrait une interruption de quelques heures à une demi-journée : Après avoir filtré votre fermentation précédente, mettez les grains dans un nouveau contenant d’un litre de lait au frais. Cette future fermentation ne sera qu’à sortir du réfrigérateur 8 à 15 heures après pour une fermentation à température ambiante. Opération à effectuer au besoin entre chaque F1.

Pour le kéfir de fruit, c’est aussi le même aléa, placer les grains dans leur future préparation quelques heures au frais avant de ressortir le bocal à température ambiante. Mais il peut s’agir d’un manque de sucre dans la fermentation quotidienne qui se traduira par un goût acide de la boisson. Le côté vinaigré vient de la confection en aérobie, donc changez de pratique.

Les longues fermentations de 72 heures fatigue le kéfir de fruit Héna. Pour leur récupération, entre chaque fermentation, mettez-les dans de l’eau sucrée au frais sur 3 Jours.

L’inconvénient :

C’est que les MO deviennent léthargiques et la reprise à la fermentation est parfois plus longue que prévu quand on les oublie un peu trop longtemps. Ce pourquoi l’utilisation d’un protocole de démarrage avant de fermenter un litre directement (voir article Démarrage Kéfir). https://kefirkombuchajun.com/kefir-de-fruits/demarrage-grains-de-kefir-de-fruit/

La conservation

Elle est idéale sur une période d’une semaine tout au plus.  Nous le faisons pour diverses raisons comme faire une fenêtre thérapeutique, ou quand on ne peut les prendre pour un départ en vacances ou bien mettre de côté pour une amie, etc.), nous les mettons au réfrigérateur avec leur médium(leur nourriture de base), sans nous en préoccuper au quotidien, pendant la durée qui nous arrange. Durant une semaine, on va dire qu’il n’y a pas vraiment de problème, mais au-delà, les MO commence à diminuer… Alors penser à changer leur substrat toutes les semaines. Quand la fermentation devient acide, c’est qu’il arrive à terme de sa conservation.

Pour le kéfir de lait : Mettez 100 de grains dans un bocal de 1 litre de lait (utiliser toujours de préférence le même lait que celui de vos fermentations.

Pour le kéfir de fruit : pour 100 g de grains, 100 g de sucre pour un litre d’eau.

Mettre le substrat jusqu’au niveau de la bague du bocal. Le bocal sera fermé hermétiquement et placé au réfrigérateur pour une semaine. (Le kéfir obtenu est consommable quand il est doux sauf si l’aspect est anormal dû aux levures ou moisissures et autre qu’ils pourraient y avoir.

Si on réduit la quantité de médium, et que les grains sont tassés comme des sardines un bon moment, la sous nutrition et l’acidité de la boisson peut avoir une influence négative sur l’équilibre du génome… et lors de la reprise des fermentations, il peut il y avoir des échecs et des contaminations !

La conservation au long terme au réfrigérateur, est un « danger ».

En délaissant trop longtemps vos chers grains, ils n’auront plus de nourriture pour survivre d’où une perte quantité de MO (microorganismes). L’acclimatation aux basses températures à long entraînera des effets néfastes sur les MO (microorganismes) qui sont mésophiles en majorité et se développant à des températures plus ou moins comprise entre 20 et 30 °c. Ne se développant plus ça craie une perte quantité de MO qui peuvent aboutir sur des échecs.

La conservation à température ambiante est très bien lorsque les températures et l’eau sucrée sont changés régulièrement. Attention tout de même, les thermophilus se développeront davantage, au-delà de  37.5 °c, pour ceux qui utilisent le four à chauffé à 40 °c pour le kéfir de lait, vous allez à la longue user et tuer les cultures symbiotiques tel que les lactobacillus.

L’affaiblissement du consortium peut se ressentir sur la faiblesse sur la reprise à la fermentation, une fermentation trop longue, perte de pétillant en F1 le kéfir de fruit, fermentation non homogène, contamination par des levures, etc, changement de goût de la boisson, perte des effets désirés, des grains qui ne se multiplient plus du tout comme aucune réactivité à la fermentation…

Les MO du kéfir doivent fermenter avant que les pathogènes s’invitent au festin. Ceux-ci contaminent vos cultures par des levures sauvages et moisissures pour le Kfruit et par des levures fromagères et moisissures pour le Klait. Parce que ces mauvaises bactéries se développent aux mêmes températures que celle du kéfir et un kéfir en mauvaise santé est un kéfir en danger ! Les grains de kéfir bien qu’ils soient contaminés (sans que l’on sache) peuvent fermenter, mais ne restituerons pas pleinement tout leur capital santé. Ne les partagez pas et ne gardez pas en cas de doute parce que ces boissons dites probiotiques ne sont plus vraiment.

Après toutes contaminations, les cultures et boissons sont à jeter, et le contenant à désinfecter ou bien laver, rincer. Il n’est pas rare de voir des personnes qui ont un kéfir gluant, etc.… après que leurs grains de kéfir de fruit aient passé un bon séjour au réfrigérateur.